02.05.2012 | Mise à jour 31.05.2016

Textiles

Grâce au standard Eco, Migros garantit une production dans le respect de l’environnement et des conditions de travail décentes. Par ailleurs, Migros développe considérablement la part de coton durable dans ses textiles.

Image Textiles

Dès 1996, Migros a élaboré le standard Eco en vue de promouvoir une production textile qui ménage l’environnement, ainsi que des conditions de travail sûres et respectueuses de la santé des travailleurs. La traçabilité de toutes les étapes de travail et des textiles Eco est assurée depuis leur origine. Deux tiers des textiles vendus par Migros satisfont déjà à ces exigences. D’ici à fin 2017, l’intégralité des textiles des marques propres Migros sera produite selon les sévères directives Eco. A la fin de l'année 2015, 71% des textiles ont été produits selon les directives Eco.

Les directives Eco

Les directives Eco se basent sur quatre principes et garantissent une production respectueuse de l'environnement et des conditions de travail sûres. En profitent non seulement les travailleuses et travailleurs dans les pays de production, mais également la clientèle Migros.

  • Eco protège l'environnement:

Un des objectifs d'Eco, est de diminuer les problèmes environnementaux des pays producteurs. Des processus et des substances ayant un impact négatif sur l'environnement sont interdits: ainsi, les textiles à base de coton ne peuvent pas être blanchis avec du chlore. A chaque étape de la production, Eco s'assure que les eaux usées produites par les processus de travail concernés, sont traitées avant d'être déversées dans les cours d'eau.

  • Eco signifie transparance et traçabilité:

Pour la production d'un textile sont nécessaires de nombreuse étapes de transformation: de la fibre au filage, du tissage au colorage, jusqu'à l'impression et finalement la confection. Lors de chaque étape de production, la conformité des substances utilisées est contrôlée et documentée. Grâce à cette documentation continue, la traçabilité des produits Eco est garantie à travers toute la chaîne de production jusqu'à la matière première.

  • Eco signifie une amélioration écologique continue:

Eco cherche continuellement à améliorer les processus de production des textiles à travers toutes les étapes de transformation. En collaboration avec ses fournisseurs et ses experts, Migros est constamment à la recherche de moyens pour optimiser les rendus écologiques.

  • Eco s'engage pour plus de sécurité et de santé sur les places de travail:

La santé des travailleurs et la sécurité sur la place de travail sont une priorité qu'Eco vise à garantir: des mesures de sécurité adéquates, une aération suffisante et la formation des travailleuses et des travailleurs quant aux risques et dangers sont une évidence.
 

Coton: Culture bio et intitiative Better Cotton

Vêtements, linge de maison, ouate: dans notre quotidien, il est désormais impossible de se passer de coton. La production de coton emploie environ 30 millions de personnes dans 60 pays à travers le monde. Malheureusement, la culture traditionnelle du coton nécessite une grande consommation d’eau et de pesticides. Cette pratique menace non seulement l’environnement, mais met également en péril la santé de la population des régions de production. Une alternative est toutefois possible.

La culture du coton bio Migros utilise des engrais naturels et combat les parasites par des méthodes biologiques, ce qui permet de préserver la nature et la fertilité des sols de manière durable. Les exploitants économisent ainsi le coût des pesticides et des engrais hors de prix tout en préservant leur santé. Les exploitations sont soumises à la rotation des cultures et aux cultures mixtes, sans avoir recours au génie génétique.

Migros a nettement développé son offre de coton bio de production durable. A la fin de l’année 2015, la part du chiffre d’affaires réalisée avec le label Bio Cotton dans l’assortiment de textiles des marques Migros était de 18,1%. Migros a ainsi atteint son objectif de multiplier cette part par deux, à 13,2%. Les clientes et les clients doivent trouver dans les magasins un choix encore plus large de vêtements et de linge de maison. En plus du label Bio Cotton, certains produits portent le label Max Havelaar, garantissant des conditions de travail équitables et l’obtention d’une prime du commerce équitable.

 

Better Cotton Initiative

En 2009, en collaboration avec d’autres entreprises et le WWF, Migros fonde la «Better Cotton Initiative» (BCI). Cette association a pour but d’optimiser à long terme la culture traditionnelle du coton en plus de l’agriculture biologique afin de garantir une production durable, respectueuse de l’environnement et assurant un revenu décent aux exploitants. En tant que membre fondateur, Migros s’engage à augmenter l’achat de coton durable permettant ainsi aux producteurs l’accès au marché.

De plus, Migros s’engage avec un de ses fournisseurs indiens dans un projet concret dans la région du Gujarat, dans l’Ouest de l’Inde. Elle trace ainsi une voie conduisant directement aux producteurs. 350 petits paysans sont formés sur des sujets comme la gestion des sols, de l’eau et des pesticides, ainsi que sur les conditions de travail. Ils bénéficient également d’un accompagnement pour appliquer ces mesures. La première récolte issue du projet est attendue cette année encore. Au total, le coton BCI produit sur place permettra la confection de près de 2,6 millions de vêtements.

Situation des bâtiments des fabriques au Bangladesh

L'effondrement du Rana Plaza au Bangladesh, qui a fait plus de 1000 morts en avril 2013, a consterné Migros. Après la catastrophe, l'entreprise a renforcé les formations avec ses fournisseurs, en particulier dans le domaine de la sécurité incendie. Les efforts consentis à ce jour couvraient exclusivement les exigences minimales d'ordre social, la santé sur le lieu de travail et la sécurité contre les incendies. La substance et la statique des bâtiments n'étaient, en revanche, pas un critère de contrôle jusqu'en avril 2013. En réaction à la catastrophe de l'an dernier, Migros est désormais en train de clarifier la situation des bâtiments de ses fournisseurs directs au Bangladesh. Les responsables de Migros leur rendent régulièrement visite, comme ce fut le cas en mars 2014. L'entreprise a, par ailleurs, déjà réalisé deux audits de bâtiments sur les sites de production de ses fournisseurs. Les examinateurs sont des ingénieurs en bâtiment. S'ils ont constaté de petits défauts, ils n'ont pas trouvé de situation alarmante. Des mesures d'amélioration ont été définies avec les responsables et leur mise en œuvre sera vérifiée dans quelques mois. Migros soutient ses fournisseurs dans ce processus et planifie déjà des audits supplémentaires. L'entreprise réalise moins de deux pour cent de son chiffre d'affaires du secteur textile au Bangladesh. 98% des achats ont lieu par l'intermédiaire d'autres pays, les marchés les plus importants étant, et de loin, l'Inde et la Chine.
Voici les résultats de l'audit au Bangladesh.