Navigation

04.12.2018 - Durabilité Protéger le climat avec le riz

Depuis des années, Migros réduit ses émissions de CO2 à l’aide de mesures volontaires. En collaboration avec la fondation myclimate, le commerçant de détail a développé un modèle pionnier pour le transport aérien.

2160x1215_co2.jpg

Les marchandises transportées par avion représentent un peu plus d’un pour cent du chiffre d’affaires de Migros. Dans la mesure du possible, le détaillant renonce à ce mode de transport. Toutefois, pour des produits comme les haricots, le poisson frais, les asperges ou les fruits exotiques tels que les mangues, la voie aérienne s’impose. Les emballages des produits transportés par avion sont étiquetés en conséquence.

Le modèle unique, lancé par Migros et myclimate, permet de neutraliser ces miles aériens. Le terme technique «Insetting» signifie que les émissions de CO2 des transports aériens sont compensées par des projets de protection du climat inhérents à Migros.

«Nous prenons nos responsabilités très au sérieux et faisons des économies sur ce que nous émettons», explique Thomas Paroubek, responsable de la direction Développement durable et Gestion de la qualité chez Migros.

L’exemple des roses certifiées Max Havelaar provenant du Kenya montre comment cela fonctionne:

  1. Plusieurs fois par semaine, un avion chargé de roses du Kenya destinées aux magasins Migros en Suisse atterrit à Amsterdam. Au Kenya, les conditions d’exploitation des fleurs sont parfaites. Cela permet une production de roses sans chauffage ni éclairage supplémentaire.
  2. Au premier semestre 2018, le transport aérien de ces roses a engendré une émission de 3110 tonnes de CO2. La valeur des émissions est calculée par myclimate. La fondation suisse, engagée à l’échelle internationale, se base sur les données relatives au kilogramme et à l’origine des fleurs. À titre de comparaison: si l’on fait l’aller-retour Suisse-Moscou avec une voiture qui consomme 8,5 litres d’essence pour 100 km, on émet un peu moins de deux tonnes de CO2.
  3. Pour Migros, cela signifie qu’elle doit économiser 3110 tonnes de CO2 avec ses propres projets de protection du climat, notamment, avec la culture du riz en Thaïlande. Là-bas, Migros travaille avec des riziculteurs sur une méthode de culture respectueuse du climat permettant d’accroître le rendement. Elle consiste à alterner l’arrosage et le séchage du sol. Ainsi, la culture nécessite moins de semences et 50% d’eau en moins que la méthode conventionnelle. Par conséquent, les émissions de méthane, un gaz nocif pour le climat, peuvent être réduites jusqu’à 60%. Le but est d’employer cette méthode sur 1000 hectares afin de compenser les émissions de CO2 causées par l’importation des roses en provenance du Kenya.

Engagement volontaire de Migros

Depuis des années, Migros réduit ses émissions de CO2 à l’aide de mesures volontaires. Avec des promesses fermes, Migros s’engage à protéger l’environnement, à économiser l’électricité, à réduire ses émissions de CO2 et à promouvoir les énergies renouvelables. Cet engagement se révèle payant: dans le domaine Énergie et climat, de nombreuses promesses ont en effet déjà été mises en œuvre, avec succès qui plus est!

Les promesses suivantes sont en cours de réalisation: