Navigation

13.05.2019 - Durabilité Un petit prix pour de grands effets

Zurich - Depuis novembre 2016, les sachets en plastique ne sont plus distribués gratuitement aux caisses des magasins Migros, mais sont vendus cinq centimes, pour le bien de l’environnement.

2160x1215_migros-plastiksaeckli.jpg

Quel premier bilan peut-on tirer de l’introduction des sacs en plastique payants?
Cinq centimes, cela semble peut-être une somme modique, mais le fait de participer aux frais a induit un changement de comportement: depuis l’introduction de sachets payants, leur utilisation a diminué de 83%.

Combien les sacs en plastique rapportent-ils à Migros?
L’enseigne ne gagne pas d’argent avec ceux-ci. La somme restant après déduction du prix de revient est réinjectée dans des projets écologiques en Suisse.

Les sacs sont composés à 100% de matériau recyclé. Quelle est l’origine de la matière première servant à leur fabrication?
Il s’agit de films étirables avecn lesquels diverses entreprises de la M-Industrie enveloppent des produits très différents, des cosmétiques aux aliments surgelés, après que ceux-ci ont été empilés sur des palettes pour pouvoir être transportés. Au moment du déballage, le film est déchiré. Une entreprise spécialisée se charge alors de nettoyer les lambeaux de plastique à l’eau de pluie, les fond et les transforme en sachets.

Les sachets peuvent-ils être compostés?
Non, ce ne sont pas des déchets verts. Une fois devenus inutilisables, vous devez donc les jeter avec les déchets ménagers. Parmi toutes les solutions proposées pour les sacs en plastique jetables, le matériau recyclé est celle qui a le meilleur écobilan.

Pourquoi ne pas tout simplement interdire les sachets en plastique?
Cela serait plus néfaste que bénéfique pour l’environnement. En 2016, la Californie a banni les sacs en plastique de ses commerces de détail. D’après une étude réalisée par l’économiste australienne Rebecca Taylor, cette mesure a été contre-productive, car nombre d’Américains réutilisent ces sachets pour conserver des légumes ou isoler les déchets malodorants. Après l’interdiction de 2016, les consommateurs se sont rabattus sur des sachets en plastique plus épais, ce qui a augmenté la consommation de plastique au final.

Pourquoi l’enseigne n’utilise pas de bioplastique?
La charge environnementale liée à la fabrication de bioplastique est généralement très élevée. La culture des matières premières nécessaires – principalement du maïs ou de la canne à sucre – engendre beaucoup plus d’émissions suite à l’utilisation de pesticides, à la fertilisation et à de l’arrosage. L’écobilan du bioplastique est généralement plus mauvais que celui du plastique conventionnel. Mais surtout, la culture de ces matières premières entre en concurrence avec la production de denrées alimentaires, ce que Migros considère comme irresponsable. Sans compter que le bioplastique ne possède pas les mêmes qualités d’emballage que le plastique conventionnel. Pour une résistance à la déchirure comparable, un sac en bioplastique doit être environ 30% plus épais qu’un sac conventionnel.

Texte: Michael West