Navigation

État de la promesse: Standards étrangers en matière de bien-être des animaux

Nous promettons d’appliquer les hauts standards suisses pour le bien-être animal à tous nos produits venant de l’étranger d’ici 2020.
Promesse mal engagée.
Promesse mal engagée.

Progrès par espèce animale au 30.06.2018

Depuis le lancement de cette promesse, en 2013, Migros a déjà pu apporter d’importantes améliorations dans différentes entreprises étrangères. Cependant, la conversion aux normes suisses en matière de bien-être animal diffère selon l’espèce animale. La mise en œuvre de ces normes n’ayant pas encore pu s’effectuer comme prévu pour certaines espèces, la promesse n’est globalement pas en voie de réalisation pour mi-2018. Voici l’état d’avancement actuel par espèce animale:

La viande de poulet fraîche importée provient intégralement de fournisseurs français, hongrois et allemands, lesquels produisent conformément aux dispositions en vigueur en Suisse en matière de protection des animaux. Concernant la viande de poulet surgelée et les produits de charcuterie, la conversion est en cours de préparation avec les fournisseurs.

La viande de lapin importée par Migros provient intégralement de Hongrie et de France. Dans ces pays, Migros met en place, avec ses fournisseurs, des conditions d’élevage conformes aux directives suisses sur la protection des animaux.

Migros passera d’ici la fin de 2020 aux œufs suisses et étrangers issus d’élevage en plein air. Avec ce mode d’élevage, elle va au-delà des directives suisses sur le bien-être animal. En outre, la conversion des produits transformés avec des œufs (selon domaine d’application, voir ci-après) est en bonne voie.

En collaboration avec un producteur local, Migros a développé au cours des dernières années un élevage de chevaux selon le modèle suisse. Les dernières adaptations sont actuellement mises en œuvre. 

Depuis mi-2018, Migros ne vend plus que de la mozzarella au lait de bufflonne provenant de buffles d’eau élevés conformément aux normes suisses strictes en matière de bien-être animal.

La viande de dinde fraîche provient intégralement de fournisseurs français et hongrois, lesquels produisent conformément aux dispositions en vigueur en Suisse en matière de protection des animaux. En outre, Migros prescrit ici un élevage particulièrement respectueux des animaux (SST) et va même au-delà de la législation suisse. SST signifie que toutes les dindes ont accès à un espace extérieur appelé «jardin d’hiver». En outre, des produits congelés individuels ont été convertis, comme, par exemple, les dindes entières pour les jours de fête.

Concernant les morceaux nobles comme le filet, la conversion aux directives suisses sur la protection des animaux progresse comme prévu. En revanche, pour les produits transformés comme la viande hachée, la réalisation de l’objectif constitue un défi majeur en raison du grand nombre de fermes impliquées. La traçabilité jusqu’à la ferme d’origine de la viande est certes assurée, mais comme on transforme également la viande de vaches laitières, il faudrait aussi convertir les exploitations laitières étrangères aux standards suisses, ce qui est impossible pour des raisons techniques (cf. produits laitiers).

Migros n’importe pas de viande de veau à l’heure actuelle. Toutefois, pendant les périodes de pointe, par exemple autour de Noël, la demande en morceaux nobles de veau est particulièrement élevée, au point de dépasser l’offre indigène. Si tel est le cas, l’importation est en partie autorisée. Cette restriction rend impossible la mise en œuvre des directives suisses sur la protection des animaux chez les fournisseurs étrangers. Vu les faibles quantités de viande, les coûts de conversion seraient en effet trop élevés pour toutes les parties concernées. La réussite de tels projets impose une livraison continue de produits.

La viande de porc pour les articles de charcuterie du fabricant Beretta est produite selon les directives suisses sur la protection des animaux; d’autres producteurs suivront. Un changement complet également pour la viande fraîche est difficilement possible parce qu’un très grand nombre de produits transformés sont concernés. Nous mettons désormais l’accent sur le changement de certains fournisseurs qui approvisionnent Migros.

Les produits de laiterie de Migros proviennent presque à 100% de Suisse. Concernant le fromage, Migros commercialise de nombreuses spécialités importées, notamment de France, en plus des multiples variétés de fromages suisses. La conversion intégrale aux directives suisses sur la protection des animaux sera impossible pour le fromage. Le lait utilisé pour le fromage provient de nombreuses fermes et producteurs de fromage. Un alignement sur les directives suisses sur le bien-être animal signifierait qu'il faudrait séparer et transformer séparément le lait destiné à Migros du reste du lait. De nombreux producteurs de fromage ne sont pas disposés à le faire en raison des coûts élevés et des faibles quantités concernées. Migros ne pourra donc mettre en œuvre les normes suisses sur le bien-être animal qu’avec certains fournisseurs déterminés. Ceci s’applique aussi bien au lait de vache qu’au lait de brebis et de chèvre.

Les projets viennent tout juste d’être lancés. Il est donc impossible à ce stade de tirer des conclusions quant à la faisabilité.

En savoir plus sur l'état de la promesse dans l'article de Migros Magazine du 13.3.2017: «Proche du but» (PDF)

En savoir plus

Migros vend principalement de la viande indigène. En particulier, la viande de bœuf, de veau et de porc provient essentiellement de Suisse. Toutefois, pour d’autres animaux de rente, l’entreprise dépend des importations en raison d’une offre indigène insuffisante; il en va notamment ainsi de la viande de dinde, d’agneau et de poulet. Or, les prescriptions en vigueur à l’étranger en matière de conditions de détention, de santé, d’affouragement, de transport et d’abattage n’atteignent pas le haut niveau prévalant en Suisse. Voilà pourquoi Migros s’est fixé l’objectif suivant en 2013: d’ici 2020, tous les producteurs partenaires de Migros à l’étranger seront également tenus de mettre en œuvre les standards suisses très élevés en matière de bien-être animal. L’état de la mise en œuvre est contrôlé deux fois par an.

Exigences concrètes dans cinq domaines

En fonction de l’espèce animale, Migros définit conjointement avec des experts externes les exigences à respecter en matière d’élevage, de santé animale, d’alimentation, de transport et d’abattage. Ensuite, de concert avec ses partenaires, elle applique les changements dans l’ensemble de la chaîne de création de valeur et organise des contrôles indépendants.

Dans le cadre de son système de contrôle et d’audit, les entreprises de toute la chaîne de création de valeur sont certifiées chaque année par des organismes de contrôle externes  pour ce qui a trait au bien-être animal et à la traçabilité. Ce programme de contrôle et de certification a été mis en place en collaboration avec l’organisation ProCert.

Champ d’application de la promesse

La promesse sur le bien-être animal porte sur toutes les denrées alimentaires des marques Migros et des marques tierces commercialisées dans les supermarchés Migros ainsi que dans les Take Away et Restaurants Migros. 

Les articles suivants sont concernés par la promesse relative au bien-être animal: 

  • La viande et les produits carnés de toutes les espèces animales d’élevage qui sont d’origine étrangère, dans la mesure où les produits comportent plus de 20% de viande, de même que tous les plats cuisinés, lasagnes, pâtes farcies et pizzas élaborés avec de la viande importée. 
  • Le lait et les produits laitiers importés (fromages et autres produits laitiers) de vache, de bufflonne, de brebis et de chèvre, pour autant que la part d’origine étrangère soit supérieure à 50% du produit. 
  • Les œufs et produits à base d’œufs de poules pondeuses importés, dans la mesure où la part d’origine étrangère est supérieure à 50% du produit, ainsi que l’ensemble des pâtes alimentaires et mayonnaises élaborées avec des œufs importés. 

La promesse ne porte pas sur:

  • Les articles contenant des matières premières issues du poisson. Justification: depuis 2016, Migros ne propose plus que du poisson et des fruits de mer jugés recommandables ou acceptables par le WWF. Pour consulter la promesse poisson de Génération M.
  • Les aliments pour animaux ainsi que les sous-produits d’origine animale relevant du domaine Near/Non-Food (par exemple, le cuir ou les plumes). Justification: pour ces produits, il existe des directives séparées. Pour plus de détails: Exigences élevées en matière de bien-être animal.